à la Une

Bienvenue sur notre blog

Les 4 Korrigans c’est une petite famille Bretonne faite d’amour et bientôt d’eau fraîche. D’un papa, d’une maman et de deux petits garçons qui ont tout quitter pour partir rencontrer la vie.

Nous allons partager avec vous la préparation de notre voyage, de notre nouvelle vie. Les astuces de papa korrigan concernant le bricolage, la vie en pleine nature et l’autonomie.

Les bonnes idées de maman korrigan pour vivre simplement et s’épanouir. Mais aussi nos craintes, nos questions, et nos réponses à vos questions.

Vous voulez en savoir un peu plus sur nous avant de nous « suivre » dans notre périple ? Allez c’est parti !

MAMAN KORRIGAN – Aurélie alias « Lylie »

FB_IMG_1445843896112

« Je suis avant tout une maman, comblée par ses deux enfants et leur papa ».

Maman korrigan et une femme simple, pleine de vie, qui adore faire la fête. Son ancien travail lui a quelque peu fait perdre sa joie de vivre, du coup il nous a fallu trouver une solution afin d’éviter ce à quoi beaucoup de gens aujourd’hui sont confrontés dans leur job…La routine et le stress qui conduisent au Burn-out.

Elle aime l’aventure. Mettre ses chaussures de marche et partir en balade familiale ou en amoureux. Les choses simples et quoi de mieux pour vivre simplement que de vivre… sur la route.

Elle a donc choisi de changer de métier et poursuit actuellement une formation de responsable d’établissement touristique, qui va nous permettre de partir au gré des saisons dans divers endroits du pays et du monde.

Le but de cette formation lui permettra au fil des saisons de diriger des campings (sélectionnés par nos soins) sur une période donnée.

Aujourd’hui elle attend de pouvoir partir pour vivre le plus simplement et le plus sainement possible. Loin du stress de la vie quotidienne et formatée qui était la nôtre.

PAPA KORRIGAN – Pierre-Alain alias « Pitou »

969622_10201784966455129_760756771_n

« Je suis un aventurier et un rêveur qui a décidé de passer de l’imaginaire à la réalité »

Papa korrigan est un aventurier. Pour lui une simple balade en forêt peu devenir une vraie aventure. Il profite des choses simples de la vie et adore surtout passer du temps en extérieur. Loin de toute civilisation, où lorsqu’il se promène il se sent libre.

Cela n’a pas toujours était le cas, il a eu une période « hardcore gamer » dans sa jeunesse ou le monde virtuel lui permettait de s’évader du quotidien des études. Et puis un jour l’appel de la nature et sa rencontre avec Lylie ont réussi à lui faire tout lâcher pour redécouvrir la vie (même si de temps en temps il s’amuse encore un peu). Depuis il a appris énormément et adore prendre son sac à dos pour partir 2, 3 jours seul ou avec des amis en Bivouac.

Il adore enseigner ce qu’il sait à ces amis et ces enfants. Il aimerait faire d’eux des petits débrouillards philosophes.

Ses petits garçons sont tout pour lui, il adore passer du temps avec eux à jouer ou juste les observer.

Aujourd’hui il rêve de partir vivre au Québec et compte bien réaliser ce rêve sous peu avec sa petite tribu. Partir avec une maison mobile sur les chemins des derniers trappeurs et puis un jour, faire la route 66. Les Etats-Unis sont une nation qui l’a toujours attiré.

Bref il a toujours voulu sortir du moule et à aujourd’hui trouvé celle qui avec lui, accepte enfin la vie, la vraie.

LES PETITS KORRIGANS – Dastan (5ans & demi) & Elias(2ans & demi)

imag1856

Ils sont le fruit de l’amour de leurs parents. Deux petits bonhommes qui ont toujours le sourire et qui adorent rire.

Ils suivent le mouvement avec joie et adorent se promener en pleine nature. Le plus grand à hâte de partir vivre en «camping –car» et de profiter pleinement du nouveau train de vie qui sera le sien.

Maintenant que vous en savez un peu plus sur notre petite famille, nous vous laissons naviguer à travers ce blog et vous invitons à nous suivre au travers de nos photos, articles et tweets.

Les 4 Korrigans

Publicités

Camping Paradis, notre nouveau metier, notre nouvelle vie!

Camping municipal du lac de Langeais

Et oui les amis. Pour ceux qui ont suivi notre aventure, vous savez que la saison estivale a pris fin pour nous le 21 Septembre.

Quoi de mieux pour se remettre dans le « blog » que de vous faire un petit récapitulatif de notre saison comme gérants de camping. Nous avons dû trouver la formule ideale pour conjuguer vie professionnelle, vie de famille et vie de couple! Pas simple, mais voici comment nous avons encore ajouté une dose de bonheur à la recette de notre vie.

Nos enfants qui s’amusent

VERS L’INCONNU ET AU DELÀ !

La première inconnue, la région! Nous ne connaissions pas et nous avons découvert un cadre de vie fabuleux ! Le camping est située à Langeais en Indre & Loire, à 20km de Tours, dans une région sublime : Le pays des châteaux et des paysages exceptionnels! Nous sommes donc devenus officiellement gérants de camping fin Avril pour une durée de 5 mois.

Le château de Langeais
Le lac de Langeais

Faut quand même l’avouer, la plus grosse inconnue dans l’équation de notre nouvelle vie était le « travail en couple ». Oui on passe nos journées ensemble dans un espace confiné mais jusqu’à présent, hormis pour des travaux, du bricolage etc… Nous n’avions jamais travaillé tous les 2…

Ce que nous savions en théorie sur le metier de gérants de camping s’est avéré vrai, ouf! Nos compétences sont complémentaires et nous avons naturellement trouvé notre place dans nos postes respectifs. On travaillait en parallèle et l’un après l’autre, et rarement l’un à côté de l’autre, une vrai équipe de choc!

En gros, on ne se marche pas dessus et on ne chamboule pas le travail de l’un et de l’autre.

Elias, heureux de monter sur le tracteur avec papa !

Et cerise sur le gâteau, nous avons pu avoir une vraie vie de famille! Nos enfants on pu rester à nos côtés tout au long de la saison! Au début un fidèle ami à nous est venu nous prêter main forte pour garder les enfants car nous ne savions pas comment la saison se passerait, puis, voyant notre organisation professionnelle au top, nous avons pu gérer seuls nos enfants et le camping! Quel bonheur de ne pas devoir les faire garder!

Nous avons fais des rencontres extra que ce soit du côté des campeurs ou du côté professionnel! Merci à tous ceux qui ont été là, les collègues de la mairie de Langeais, nos boulangers Carine, Xavier, Fred et Marie-Eve, Amelie notre adorable et drôle vendeuse de bijoux, la jolie Maëva prof de yoga, les campeurs JB dit « le corse », Enzo et Aline des animateurs de colos au top, le courageux Alexis parti seul pour son periple à vélo… mais impossible de citer ici tout le monde alors nous faisont un grand coucou général!

Vous pouvez cliquer sur les photos pour accéder aux sites internet de nos « partenaires »

Amelie, vendeuse de bijoux retros ! et Florence vendeuse des vins des frères Nau!
Maëva, prof de yoga !
Nos adorables boulangers! Les meilleurs!

En résumé, une expérience concluante que nous espérons renouveler!

En attendant nous partons visiter une petite partie de ce vaste monde : Cet hiver direction l’Espagne et le Portugal !

img_20180512_220922-1298297531.jpg

Questions/réponses après 7 mois d’aventure

Voilà maintenant presque 7 mois que nous avons vendu notre maison et tous nos biens pour vivre une aventure en famille. Nous avons eu des petites galères, des moments de fou rire, etc… et nous avons surtout dû répondre à beaucoup de questions que notre entourage, nos amis et les personnes qui nous suivent sur les réseaux nous ont posées. Nous les avons retranscrites ici.

New Life 1

Bonne lecture à vous!

Où êtes-vous situés actuellement ? Et où en êtes- vous où à titre personnel ?

 Lylie : Nous sommes actuellement en transition avec le camping-car dans un camping proche du travail de Pitou. Les enfants vont tous les deux à l’école. Je cherche du travail pour la saison estivale, en attendant je tricote, je couds, je vais à la salle de sport. Nous profitons de nos amis et de la famille.

 Pitou : On en est là, je crois que tout est dit. Pour ma part je travaille toujours comme carreleur et quitterais mon travail fin mars.

 Dastan : Je vis au camping dans le camping-car. Je fais des dessins, des câlins à mes parents et je vais à l’école.

New life (8)

Quelle est le choix le plus difficile que vous ayez dû prendre ensemble ou seul ? (concernant votre nouvelle vie)

 L : Mettre la maison en vente.

 P : Mettre la maison en vente était la chose la plus difficile, mais c’est également ça qui faisait office de tremplin pour notre projet. On se pose énormément de questions surtout en ce qui concerne le bien-être des enfants. A titre personnel, le choix le plus dur pour moi c’est de devoir quitter mon travail. Rien ne vient sans sacrifice et celui-ci est le mien.

 D : Le plus difficile était de vendre certains de mes jouets et de mes doudous.

New life (14)

La maison ne te manque pas trop Dastan ?

 D : Pas plus que ça, on joue dans plein de parc, on se promène partout et on va aussi chez ma marraine.

New life (3)

Comment ont réagit les membres de votre famille concernant votre projet ?

L : C’est très variable. Certains ne comprennent pas, d’autres disent qu’on à de la chance. La plupart accueille notre nouveau mode de vie positivement, nous encourage et nous pose souvent des questions.

P : Comme le dit Lylie, c’est très variable et d’un point de vue extérieur c’est tout à fait normal car nous quittons une zone de confort et la routine de la vie quotidienne. Il y a même de la jalousie, ce que je ne comprends pas car tout le monde est libre de ses choix et peut faire comme nous. On nous a même dit qu’il fallait penser à nos enfants, qu’ils n’étaient pas heureux etc… demandez leur donc et vous verrez par vous même que c,’est loin d’être le cas.

D : Moi je suis heureux de vivre en camping-car et je veux y vivre pour toute la vie ! On va voir ma marraine, on dort chez elle, et chez mon tonton loulou aussi…enfin chez tout le monde de la famille. On va jouer dans des super parcs et on visite plein de choses. Et bientôt papa et maman il vont me faire l’école et à Élias aussi.

New life (2)

Comment avez-vous vécu le premier mois après avoir quitté votre maison pour vivre en camping-car ?

P : J’étais seul avec les garçons car Lylie travaillait en saison estivale dans un camping et j’étais en congé durant 1 mois. J’ai donc pris les petits papoutes et nous sommes partis en vacances tous les trois. Cela m’a permis de voir si notre choix était le bon. Les enfants  n’ont jamais aussi bien dormi que dans le camping-car (sans doute du fait de la sensation de cocon dans leurs lits superposés). Ils arrivent sans peine à dormir sans nous dans le CC pendant que nous sommes dehors ou à côté avec la famille. Et non ce n’était pas « difficile » pour le papa de gérer ses deux enfants, la formation de 8 mois de Lylie m’avait déjà bien rodé (rire). J’ai fait plus de 3000km dans le mois d’Août et avec deux bonhommes qui aiment courir partout ça fait de belles balades et de belles découvertes.

 L : J’étais seule et je bossais pendant que les garçons étaient partis en vacances. Ils me manquaient mais j’ai pu profiter et penser un peu à moi.

 D : C’était génial, mais maman me manquait mais j’ai adoré piquer sa place dans la capucine.

New life (16)

Comment vous gérez l’école pour Dastan & Elias ?

 P : C’est Lylie qui gère cette partie car mes horaires de boulot ne collent pas avec l’école.

 L : Dastan va en grande section et Elias est en classe passerelle avec un temps scolaire le matin et la crèche l’après-midi. Il était important pour nous qu’Elias connaisse la vie en communauté avant notre départ.

New life (13)

Comment se passe la vie à 4 en camping-car ?

 L : J’ai l’impression que l’on passe de bien meilleurs moments grâce à la proximité offerte par le camping-car, mais il est vrai que tout est amplifié dans un espace restreint, aussi bien les tensions que les moments agréables. Nous sommes vigilants à ne pas laisser un niveau de tension trop élevé s’installer et dès que possible nous sortons nous défouler pour que l’atmosphère soit la plus agréable possible.

 P : On partage plus de choses. Même si pour le moment le temps en Bretagne n’est pas du tout clément nous sortons dès qu’il y a une éclaircie. Si vous voyez 4 zozos faire du vélo sous la pluie c’est nous! On ne se marche pas les uns sur les autres, on essaie de respecter l’intimité des enfants et on leur propose aussi des temps pour eux. Quand on me demande si le jardin ne marque pas trop aux enfants, je réponds que leur nouveau jardin c’est le monde!

 D : Ce n’est pas dur. On ne peut juste pas aller dans le lit avec nos parents sinon on est trop serré et on a trop chaud!

New life (7)

 Comment vous faites pour votre intimité ?

 P : Le vrai secret… c’est les toilettes… Si vous vivez en CC à l’année, que vous baroudez et que vous voulez un moment rien qu’à vous pour souffler ou lire un truc ne serait-ce que 5 minutes, la salle de bain sera votre meilleure alliée.

 L : Les enfants dorment parfois (rire). Ils ont leur propre espace et nous avons le nôtre.

 D : Je vais jouer dans mon lit avec mes figurines et mes jouets qui sont rangés dans des caisses.

New life (11)

 Y-a-t-il quelque chose en particulier qui vous manque ?

 P : Le poêle à bois sans hésiter ! J’ai passé mon enfance, adolescence et vie d’adulte avec une cheminée ou un poêle. Une bonne douche de plus de 2mn c’est aussi agréable, on en profite quand on va voir la famille ou les amis et ce petit plaisir n’a pas de prix.

 L : La chaleur du poêle à bois

 D : La maison et la télé me manquent (même si y a le pc de papa)

New life (9)

 Ce n’est pas trop dur quand un des petits tombent malade ?

 L : C’est pas pire qu’à la maison. On a craint de vivre la gastro dans le camping-car (mais heureusement nous étions chez ma sœur quand Elias l’a attrappé cet hiver!).

 P : Nan… le pire c’est quand l’homme est malade.

 Vous avez déjà eu une grosse galère avec « Mike » ?

 P : En ce moment la batterie du porteur fatigue. On a dû faire appel à l’assistance pour redémarrer « Mike ». Les grosses galères ont les a eu pendant notre séjour à Super-Besse. Les eaux grises avaient gelées, on a dû trouver un moyen de les dégeler et de vidanger, on est aussi tombé en panne de batteries cellules. 2 jours en pleine tempête de neige sans pouvoir se brancher avec le chauffage h24… elles n’ont pas aimé. Mais je positive de tout cela, on ne se fera pas avoir deux fois. En prime cela nous a permis de rencontrer des gens superbes.

L: Les galères pour le moment c’est pas grave, selon où on se trouvera pour nos prochaines galères cela sera surement une autre paire de manches! Mais l’important est de garder son calme, son sang-froid et c’est plus dur pour Pitou que pour moi (Rires)!

 Les projets pour l’avenir c’est quoi ?

 L : Ou lala je ne veux pas voir trop loin. J’espère juste trouver un poste de responsable de camping dans une région sympa pour la saison estivale. Après nous verrons….

 P : On réfléchit mais on ne veut pas se mettre la pression. Pour le moment on voit au jour le jour. Tout peut arriver.

Et dans un futur pas si lointain vous vous voyez comment ? Où ?

 P : En train de faire l’école aux enfants sur des routes inconnues avec des panneaux écrit dans une autre langue pourquoi pas.

 L : Je n’en sais rien, pourvu qu’on soit bien.

New life (6)

 Pourquoi cela vous prend tant de temps de faire des articles ?

 L : Nous ne voulons pas être esclaves d’internet. Nous ne voulons le faire que lorsque cela nous fait du bien et ne voulons pas que cela devienne une contrainte.

P : Il faut aussi dire que c’est moi qui retarde. J’attends d’avoir le fluide pour écrire. J’adore ça mais je ne veux pas non plus que ça devienne une contrainte. Je vois beaucoup de monde publier tous les jours des photos etc… mais j’ai l’impression que ça devient un réflexe pervers qui pourrait conduire à des photos ou articles fait juste parce qu’il faut tenir un cahier des charges virtuels envers ceux qui nous suivent. On ne veut pas de ça. J’ai expliqué clairement à tout le monde notre situation et ils l’ont compris… et puis quand on voyage… la patience est une vertu.

Les réseaux sociaux vous gérez ça comment ?

P : C’est moi qui gère tout ça. Lylie se sentais obligée de poster, de répondre et de tenir une certaine régularité là-dedans qui ne lui plaisait pas. Du coup j’ai pris le relais. J’essaie de répondre aux questions qu’on nous pose via les réseaux ou le blog, je suis actif sur certains groupes en notre nom bien sûr et quand j’ai le temps je boss sur les articles pour le blog.

La prochaine étape c’est quoi ?

 L : On verra ce que la vie nous réserve, les rencontres que nous ferons, les chemins que nous emprunterons… L’important maintenant c’est de vivre libre!

 P : Pas de stress, on avance et on verra.

 

 

 

Démonter son frigo TRIMIX

     Quoi de plus contraignant que de préparer un périple au long cours, ou tout simplement un week-end et de se rendre compte que le frigo du camping-car ou du fourgon ne fait plus de froid.

Figurez-vous que c’est ce qui nous est arrivé à 1 semaine de la vente de notre maison.

                Qui a dit qu’en Terre Bretonne il pleut sans cesse et qu’en plus « ça caille » ?… Ces derniers mois nous ont montré que soit les clichés sont révolus, soit la planète à un souci… car ici c’est devenu Ibiza… Si si je vous jure, et qui dit grosse température, dit qu’il faut un frigo en parfait état pour garder nos aliments au frais.

                  Et bien chez nous, ce n’était pas le cas. Par plus de 38 en plein soleil, le frigo du CC ne faisait plus de froid du tout, que ce soit dans la partie Freezer ou frigo. Je suis même allé vérifier la nuit avec des températures plus fraîches, rien à faire…. Forcément à quelque jours de nous retrouver sans maison le stress est monté, surtout quand j’ai dû annoncer la nouvelle à Lylie et le prix d’un frigo neuf.

Après moult recherches et une demande d’aide faites sur le groupe facebook Camping-cariste Bricoleurs j’ai trouvé la solution à mon problème. N’ayant trouvé aucun « guide de démontage » d’un frigo trimix je vous partage donc ici ma galère afin que cela ne vous prenne pas un après-midi complet pour le sortir !

  • LE FONCTIONNEMENT DU FRIGO

Je ne vais pas épiloguer sur la manière dont fonctionne un frigo trimix mais vous faire juste un petit rappel qui vous aidera à comprendre la partie entretien & solution.

Un frigo trimix est un frigo qui fonctionne sur le 12v, le 220v et le gaz. Certains frigos (comme le nôtre) sont équipés d’une carte électronique qui automatise son fonctionnement. Ainsi quand je démarre mon CC, le frigo passe automatiquement sur le courant 12v. ATTENTION, celui-ci assure juste un maintien de température et suppose donc que le frigosoit préalablement à la bonne température! Vous n’arriverez pas à conserver convenablement vos aliments et autres denrées périssable juste sur du 12v.

Le 220v vous permet de faire fonctionner votre frigo comme à la maison. Il génère du froid entre 0 et 4 degrés et -5 -10 dans la partie freezer.

Le Gaz à la même propriété que le 220v si ce n’est … qu’il consomme du gaz. Entre 20 et 25g/h cela dépend de la puissance de froid voulu et du frigo en question.

ATTENTION toutefois… il est préconisé de ne jamais mettre votre frigo à « fond »… c’est-à-dire sur le thermostat maximum. Celui-ci va dégager plus de chaleur qui selon la température extérieur aura du mal à s’évacuer et rendra donc le frigo contre-productif. En gros vous fabriquerez du chaud à la place de faire du froid.

Retenez juste : 12v route, 220v et gaz à l’arrêt (sachant que le gaz en roulant n’est pas conseillé car selon la prise au vent celui-ci se coupe).

Quand votre frigo est en marche, celui-ci génère donc du froid, qui génère à son tour de la chaleur. Et oui c’est fou mais c’est comme ça… et cette chaleur s’évacue par une « cheminée » qui possède à sa base le brûleur (qui permet le fonctionnement au gaz), la cheminée en son centre qui n’est autre chose qu’un tube galvanisé dans lequel on y trouve de la laine isolante. La cheminée évacue sa chaleur par l’aération haute du frigo tout en sachant que la fraîcheur rentre par la grille basse.

En gros plus il fait frais dehors plus votre frigo fonctionne facilement, plus il fait chaud et plus il a du mal car la « fraîcheur » entrante peut parfois être de 2 ou 3 degrés en dessous de la chaleur sortante.

  • LA PANNE

Frigo (12)

Le frigo ne fait plus de froid, ok… mais d’où peut bien venir le problème. Rassurez-vous il n’y a pas 36 solutions. Quand un frigo ne fait plus de froid il vous faut d’abord vérifier si celui-ci :

  • Fonctionne bien sur les trois types d’alimentation possible (12v,gaz,220v)
  • Si de la chaleur est présente sur la grille haute de l’aération extérieur (cela signifie que le frigo est en route et que le problème vient d’ailleurs.

Si votre frigo ne fonctionne pas sur le 12v ou le 220v, vérifiez vos fusibles, puis les branchements à l’arrière du frigo. Vous avez accès à ces derniers par la grille basse du frigo.

Les causes de panne possibles que j’ai pu relever sont les suivantes :

  • Cheminée encrassée (il faut donc démonter le frigo et la ramoner via un ressort ou autre système qui se trouve à l’intérieur de la cheminée)
  • Brûleur encrassé (le frigo ne fonctionne pas sur le gaz). Il faut démonter la partie brûleur par la grille basse et la nettoyer.
  • Fusible HS. Changez les.
  • Carte electronique HS (le frigo n’a plus de mode Auto ou/et est constament en Err)
  • Sonde thermostat HS (votre frigo ne fait plus de froid car la sonde ne detecte pas la T°C dans le frigo… changez la.
  • Cristaux ou Gel defectueux (le frigo fait du froid sur une période courte puis plus rien) il faut démonter le frigo, le retourner 48h le remettre en place puis le rebrancher au bout de 48h

Il existe d’autre pannes possible mais je ne peux pas forcément tout lister… j’ai pris les pannes les plus récurrentes.

Bref dans tous les cas… si votre frigo ne fait plus de froid le passage par le démontage est obligatoire.

Et croyez moi, quand on est bon bricoleur mais que ça… on a jamais fait et qu’on y connait rien et qu’en prime on se dit que si ça casse c’est un billet de 1600€ minimum qui s’en va… on rigole pas. J’ai donc pris mon temps, réfléchi et me suis dit qu’il fallait que je partage la moyen de démonter un frigo trimix de 150L parce que sérieusement… ça peut vite devenir galère.

  • ON DÉMONTE TOUT !

Quand faut y aller, faut y aller… N’ayant pas du tout prévu de racheter un frigo neuf et ayant un délai des plus court il fallait prendre les choses en main. Et quand sur Facebook plusieurs messages me disait de démonter/retourner… bah j’ai remonté mes manches.

Mon frigo est un modèle Thetford de 150L encastrable. Il comprend un compartiment frigo et un freezer.

Etape 1 – Couper le courant 12v et 220v et fermer l’arrivée de gaz du frigo

Etape 2 – Retirer les grilles d’ahération basses et haute.

Etape 3 – Déconnecter le prise 220v qui se trouve normalement dans la partie d’aération haute. Ok cela ne sert pas spécialement à grand-chose puisque l’on va déconnecter le frigo de la carte plus loin mais quand même.

Frigo (3)
On déconnecte la prise 220v, ici dans la partie haute de mes grilles extérieures.

Etape 4 – On dévisse un peu tout ce que l’on trouve à l’arrière du frigo… Si Si je vous jure que c’est vrai !

Frigo (1)

Allez je vous explique tout avec la photo ci-dessus.

On voit ici en haut à gauche la carte électronique du frigo. Celle-ci est fixée sur le frigo en question. Etant donnée que l’on va retirer les cosses de connexion électrique à l’intérieur pas besoin de la dévisser.

Au centre c’est le système de gaz. L’arrivée du tuyau à droite, la partie électrique qui gère l’allumage du bruleur au centre puis la partie bruleur à droite sur laquelle on verra plus bas le bruleur, l’allumeur et la cheminée.

Ici il faut retirer les vis qui maintiennent la ligne de gaz.  Cela facilitera débranchement du frigo de la ligne de gaz.

Frigo (7)
J’ai retiré les deux vis de maintien. La seconde est un peu moins accessible car elle se trouve sur la haut à droite. Mais rien d’insurmontable

Ensuite on devise les deux caches galvanisé qui se trouvent dans la zone du brûleur.

Frigo (8)

Rien de bien compliqué avec une clef à pipe de 7. En retirant cette partie vous aurez accès à deux nouvelles vis. Une qui maintient le bruleur et l’autre « l’allumeur ». Retirez les deux et retirer l’allumeur avec précaution. (il pendra au bout du fil électrique ici en gris, rien de grave).

Une fois que tout cela est fait, retirez les vis de fixations à l’intérieur de votre frigo. (Elles se trouvent derrière des caches que vous retirez sans mal avec un tournevis plat.)

Frigo (6)
Te voilà vilaine !! 

Une fois que tout cela est fait, si vous le pouvez, je vous conseille de dévisser une partie de votre ligne de gaz afin de faciliter la sortie du frigo… (Moi je n’avais pas pu le faire à ce moment-là car chaque section de ligne en plus d’être vissée était collée entre elle.)

Reste à retirer les cosses du boitier électronique du frigo.

Frigo (9)
Rien de plus simple, on retire l’arrière du boitier et on retire les cosses en pinçant et en tirant dessus.

Une fois le tout débranché, rien de bien compliqué… Vous passez par la grille basse extérieure et vous poussez sur votre frigo. Pas d’inquiétude, si ça ne vient pas de suite, vous avez du oublier une vis à l’intérieu. Et si quand vous poussez les bruits vous font peur, c’est rien que du métal qui se tord et la cheminée du frigo qui bouge alors… allez y … poussez !!!

  • SORTIR LE FRIGO 

Vous pensiez que sortir votre frigo de son emplacement était difficile ? Attendez… réfléchissez … maintenant il vous faut le sortir du camping-car et magie… il ne passera pas par la porte d’entrée ! Du coup vous n’aurez pas d’autre solution que de démonter le siège passager, trouver un copain soigneux et avec un peu de muscle et vous pourrez ainsi sortir votre frigo par la porte passager du porteur.

Frigo (10)
Si si je vous jure… faut le sortir par là et on s’éclate ! 
  • LA TÊTE A L’ENVERS

Une fois votre frigo sorti  et après avoir pris quelque chose pour vous désaltérer, parce que oui même en hiver vous en aurez sué croyez-moi, il est temps pour vous de retourner votre frigo.

Frigo (11)
il est beau comme ça n’est-ce pas ? 

Ce processus qui doit durer minimum 24h (mais je vous conseille quand même un minimum de 48h) a pour but de redistribuer convenablement le liquide frigorifique  dans le système en le faisant remonter complètement dans la tuyauterie. Il va ainsi dissoudre et retirer les éventuelles saletés qui s’y trouvent mais surtout retrouver une place convenable lors de la remise dans le bon sens.

Après 48h dans cette position vous pourrez remettre votre frigo dans votre camping-car et le brancher dans son intégralité. Et pour ce faire suivez la procédure de démontage dans le sens inverse. (On commencera donc par appeler un copain, le repasser par la porte, le remettre dans le meuble, le visser au meuble par l’intérieur du frigo etc…)

Pendant que votre frigo est dans cette position, n’hésitez pas à lui offrir une deuxième jeunesse… le nôtre est d’origine et n’a jamais dû être retiré.  J’en ai donc profité pour ramoner la cheminée et dépoussiérer la carte électronique.

Une fois réinstallé à sa place bien au chaud dans votre camping-car, vous pourrez le rebrancher après 48h. Oui on me dira que 24h c’est bon mais parfois il vaut mieux être un peu plus patient.

Et après tout ça on en est où de notre frigo ?

IL FONCTIONNE !!!! 

Frigo (12)

Notre frigo fonctionne à nouveau et à merveille. Je vais tout de même installer des ventilateurs sur la grille extérieure afin que ceux-ci aspirent l’air chaud et la renvoie plus vite à l’extérieur. Le frigo aura donc moins de mal à fonctionner par des températures élevées.

Je remercie donc toutes les personnes du groupe Facebook  qui ont pris le temps de me donner des réponses et de trouver des solutions à notre problème.

Et un merci tout particulier à Gilles qui est l’installateur chez un concessionnaire de camping car, qui a fait passer sa passion du bricolage et du travail bien fait devant les ventes et commissions en essayant non pas de nous refourguer un frigo neuf mais en m’expliquant le fonctionnement du nôtre et certains détails techniques des pièces à vérifier et changer.

Bon bricolage à vous en espérant que ce petit tutoriel de démontage vous servira à vous, vos amis et votre porte-monnaie !

« Les 4 korrigans  » : Mais pourquoi ce nom étrange?

Certains se demandent peut-être pourquoi nous avons choisi ce nom, d’autres ne se sont sûrement pas posé la question, mais pour ceux que ça intéresse, voici quelques explications :

Le korrigan est issu du folkrore Breton, [et nous sommes Bretons!] Il est une sorte de lutin farfelu. Le mot korrigan signifie « petit nain », du breton korr = nain, suivi du diminutif ig et du suffixe an.

« On prête aux korrigans différentes légendes mais celle que nous préférons raconte qu’ils ne sont pas méchants mais seulement espiègles. Ils s’amusent en jouant des tours pendables à tous ceux qui leur manquent de respect et qui les dérangent. Ils proposent des défis qui, s’ils sont réussis, donnent droit à un vœu mais qui, en cas d’échec, se transforment en pièges mortels menant tout droit en enfer ou dans une prison sous terre sans espoir de délivrance…

Quant à ceux qui les traitent comme il convient, ils témoignent leur bienveillance et leur rendent beaucoup de services ! »

[C’est cette dernière phrase qui nous définit le mieux ! Nous avons choisi de nous entourer uniquement des personnes qui nous veulent du bien !]

« Les korrigans sont des êtres magiques capables du pire comme du meilleur, ils sont dotés d’une force extraordinaire ! »

Je ne dirais pas que nous avons des pouvoirs magiques, ni que nous sommes capables  « du pire », mais tout simplement que le « meilleur » c’est ce que nous voulons, c’est ce que nous cherchons…perpétuellement !

Les 4 korrigans

La vente de notre maison

La vente de notre maison est la première étape vers la liberté. C’est une décision qui nous a demandé beaucoup de courage pour décrocher notre téléphone et contacter un notaire pour réaliser une estimation.  L’objectif est simple, la vendre pour rembourser notre emprunt et démarrer notre nouvelle vie avec zéro crédit.

Maison
Notre maison actuelle

Les visites ont commencé durant l’été 2016, et nous avons trouvé un acquéreur au bout de 7 mois. Notre compromis a été signé courant février 2017. Un réel soulagement pour nous, car avec le temps… la possession de la maison devenait un poids voir un frein pour l’avenir de notre projet.

« Une démarche à la fois technique mais surtout psychologique »

Mais il ne fallait pas attendre la vente définitive de la maison pour faire du vide. Lylie a donc commencé progressivement. Elle a pris les rênes dès le départ pour se débarrasser d’un bon nombre de nos affaires (que ce soit en les vendant ou en faisant des tours de déchetteries). Bien plus qu’une démarche technique, c’est avant tout une démarche psychologique, surtout quand on a des enfants. Lylie vide au fur et à mesure et prend conscience de l’inutilité de certaines choses. Pitou, lui, a un peu plus de mal. Entre le boulot, la fatigue et l’envie de garder ses week-ends pour se reposer il n’accorde pas suffisamment de temps pour vider ses affaires et faire le tri.

     Elle a débuté le tri méthodiquement et c’est tout naturellement qu’elle a commencé par… la vaisselle. On en a toujours trop. Des assiettes qui ne serviront jamais au verre à vin qu’on ne sort que pour les grandes occasions, on arrive facilement à remplir deux trois cartons de vaisselle non utile. Lylie a placé dans un meuble ce que l’on utilisé qu’occasionnellement pour ne garder près de nous ce dont nous nous servons au minimum une fois par semaine. Et dans les semaines qui ont suivi nous avons rapidement pris conscience que ce qui était dans ce meuble pouvait aisément être vendu.

Cette méthode de tri a été appliquée  à d’autres biens comme les vêtements, les livres, les dvds …etc.  Et c’est en faisant cela que l’on arrive à se rendre compte que l’on vit quotidiennement dans l’abondance. On possède plus que ce dont on a réellement besoin.

« Nous devons raisonner autrement »

Cela nous pousse à changer notre vision de la possession. On ne résonne plus par rapport au superflu mais à l’indispensable. Pour être plus clair, aujourd’hui quand on va dans un magasin quelconque on se demande aussitôt si ce que l’on a dans nos mains, qui va finir dans notre caddie puis passer à la caisse pour enfin finir à la maison va nous servir réellement. Même au niveau alimentaire cela a un impact, car dans un camping-car nous ne pourrons pas faire une réserve de nourriture de deux mois comme nous le faisons à la maison. Nous devons donc raisonner autrement et c’est tant mieux.

On occupe nos week-ends à trier un placard, une armoire, à mettre dans des caisses ce qui va finir en vide grenier. Puis on retrie encore les mêmes placards pour voir s’il reste encore des choses inutiles. Lylie fait des vides-greniers nous mettons en place des vides maisons. On s’allège doucement mais surement.

« Il est primordial de préserver et préparer nos enfants à un changement de vie »

Le plus important et ce qui est sans doute le plus difficile ce sont les enfants. La plus grosse partie psychologique du « tous plaquer » quand on a des enfants les concernent eux. On ne peut pas dire à son fils de 4 ans : « On vend tes jouets et on s’en va ». Il faut les préserver et les préparer car ils doivent comprendre et adhérer à notre nouveau mode de vie. Pour nous la discussion avec notre grand est primordiale et on s’assure tous les jours qu’il comprenne bien notre démarche.

Malles
Les malles de nos petits hommes où sont rangés leurs jouets

Bien évidement notre premier camping-car nous a beaucoup aidé dans cette démarche de dialogue et de compréhension pour Dastan. Donc pour ce qui est de « vivre » en camping-car, cela ne pose pas de problème. Mais il nous a fallu réfléchir à comment lui faire comprendre qu’il allait falloir faire le tri dans ses jouets. Qu’il allait devoir faire un choix entre tous ces jouets  pour qu’il ne lui reste plus qu’une malle qui ira se placer au fond de son lit superposé. Et c’est là que Lylie a eu l’idée de la « carotte ».  Bien que celui-ci ai compris l’importance de prendre uniquement l’utile il n’est jamais facile et encore moins pour un enfant de se séparer de ses compagnons d’imagination.

Nous avons donc mis en place ce système qui est du plus simple : « Tu tries paisiblement tes jouets. Tu mets de côtés ceux que tu ne veux plus ou avec lesquels tu ne joues pas souvent. Ces jouets là nous allons les vendre et avec les sous que l’on récoltera de la vente… Nous prendrons la voiture et nous irons à Disneyland. »

Une grosse carotte certes, mais croyez-nous elle a très bien fonctionné. Lylie n’a pas eu le temps de finir sa phrase que Dastan été déjà en train de faire son tri. Chaque enfant et fan d’un personnage de dessin animé ou film… Dastan comme beaucoup d’enfants est fan de Mickey alors là… vendre des jouets pour avoir l’occasion de partir voir le Vrai Mickey… il n’en fallait pas plus… et ce fût des instants magiques pour lui.

Grâce à cette « carotte », notre fils sait que désormais ce que disent papa & maman se réalise, et que c’est aussi grâce à lui. Quant à son petit frère, sa malle est déjà prête et n’attend plus que de prendre sa place dans notre prochain camping-car.

Quand Dastan a du mal à se séparer de certaines choses, comme des peluches par exemple, maman korrigan sait y mettre la forme : « Mon petit chat, je sais que cette peluche tu y tiens beaucoup, mais elle prend vraiment beaucoup de place et en plus, une fois vendue, elle te paiera une entrée à la piscine… ».  Les enfants ont besoin de visualiser. Nous aimons les plaisirs simples et gratuits qui forment la majorité de nos sorties. Mais de temps en temps une bonne glace ou un tour de manège c’est la cerise sur le gâteau.

Bilan de cette étape :

Nous nous sentons plus légers, libérés! Il reste encore à faire mais nous sommes sur la bonne voie.

Nous avons stoppé nos achats « compulsifs » et non indispensables. Lylie ne pensait pas arriver si facilement à raisonner de la sorte et pourtant c’est chose faite.

Nous avons le sentiment aujourd’hui d’être guéri d’une maladie dont nous n’avions même pas conscience.

 

Prochaine étape : Notre nouvelle maison sur roues

« Mike »!

20170508_111911
Notre nouvelle maison sur roues

Que ce soit pour vivre à l’année ou simplement pour partir en vacances, lorsque l’on possède une « maison mobile » il faut avant toute chose que celle-ci nous plaise, qu’on s’y sente bien! Et pour ce projet de vie qui est le nôtre et qui ressemble peut-être au vôtre, nous avons mûrement réfléchi au type d’habitat nomade qu’il nous fallait.

Nous avions littéralement craqué sur les « Tiny houses » avant que celles-ci commencent à être connues sur notre continent. Mais la possession d’une Tiny House implique tout de même d’avoir un point de chute car celle-ci n’est pas spécialement destinée à faire le tour du monde. Sans compter qu’il faut tout de même avoir un « remorqueur » assez puissant et fiable.

Nous avons donc mis ce mode d’habitation nomade de côté pour le moment et l’avons rangé dans la case « projets à long terme », dont nous vous parlerons sans doute un jour. Nous avons ensuite tourné notre regard vers les fourgons aménagés. Mais une visite rapide des concessions nous à laissé perplexe…Oui on aime l’aventure, oui nous voulons partir, mais on veut quand même être à l’aise… et avec deux enfants, selon nous, un fourgon n’est pas l’idéal.

Nous avons donc opté pour l’achat d’un camping car.

Notre premier CC était un Fiat ducato de 1994, la cellule était le modèle RIVIERA conçue en Allemagne, ce qui explique que nous avions des ceintures de sécurité à l’arrière homologuées pour la route. Les ceintures de sécurité pour les passagers arrières ne sont devenues obligatoires dans notre pays qu’a partir de 1999. Il était primordial d’en avoir étant donné que nos petits Korrigans avaient et ont encore des fauteuils. Nous l’avons gardé 1 an. Les vacances d’Août nous ont permis d’y prendre goût mais aussi de se rendre compte qu’il était trop « étroit » pour y vivre à 4 sur une longue durée.

2016-08-124

Nous aurons tout de même fait plus de 6000km avec et des nuits par températures négatives. L’idée était là, l’envie aussi…maintenant pour l’avenir de notre famille il nous faut plus grand.

Nous vous présentons donc … « MIKE »

IMG_5804M

Cest un porteur Fiat Ducato de 2006 sur lequel est monté une Cellule Adriatik modèle 670SK. Dans nos critères de sélection nous voulions absolument deux lits superposés et une cuisine en « L ». Ce type de cuisine est pratique puisqu’il laisse un espace de circulation dans le couloir qui ne se réduit pas. Avoir une capucine faisait aussi parti des critères.

Après avoir fait une multitude de recherches, que ce soit sur des sites spécialisés ou des forums nous sommes tombés sur ce modèle qui correspondait parfaitement à nos besoins.

C’est un gros bébé, qui mesure 7m02 pour 3m08 de hauteur. Nous allons devoir redoubler d’attention quant aux panneaux de signalisation désormais!

Camping car (5)

Notre camping car étant notre future maison, nous devons à tout prix nous sentir à l’aise à l’intérieur. Nous avons commencé par y faire un énorme nettoyage. Lylie à passé une journée entière à laver l’intérieur et Pitou un après-midi pour l’extérieur. Nous avons commencé à réfléchir à nos futurs aménagements que ce soit pour les placards ou les différentes soutes.

Camping car (2)

 

Nous avons emmenés nos petits hommes choisir des stickers en magasin pour décorer ce qui sera leur future chambre. Il faut savoir que ce camping-car est vraiment l’idéal pour une famille comme la notre. Nos petits hommes ont leur coin rien qu’a eux.

En prime nous pouvons même fermer leur zone afin qu’ils soient vraiment tranquilles, ou que l’on puisse nous même être libres de regarder un film, de travailler ou autre sans les déranger (je parle surtout niveau luminosité, car j’en vois certains me dire : « Nan mais attend coco, ton rideau là il insonorise pas la pièce » .

Mike, il est vraiment bien foutu…il est équipé d’un frigo de 150Litres et d’un congélateur. Pour tout vous dire, nous possédons un frigo identique à la maison que l’on n’arrive même pas à remplir! C’est un modèle trimix, pour ceux qui ne connaissent pas le principe du « trimix » le frigo fonctionne de 3 manières :

  • 12volts : Ce qui permet de tenir les aliments au frais quand on roule.
  • Gaz : Le must quand on se pose quelque part sans courant.
  • 220volts : Lorsque vous connectez votre CC à une prise de courant 220 volts : vous pouvez utiliser vos prises 220v et également passer votre frigo sur le 220v. Il fonctionnera alors comme un frigo domestique dans sa puissance maximum (qui reste réglable bien-sûr).

Camping car (7)

Ce qui nous a surpris c’est que tout est automatisé. Si nous allumons le frigo lorsque l’on roule, il se met en 12v, si l’on s’arrête et que l’on coupe le moteur il passe sur le gaz, et lorsque nous raccordons le camping-car au 220 il se met en position 220! Alors oui, c’est une gestion électronique via une carte à puce intégrée dans le frigo mais il peut passer en manuel si celle-ci est défectueuse ou simplement parce que l’on souhaite un mode de fonctionnement précis.

Camping car (3)

Le jour où nous avons acheté « Mike » nous en avons profité pour faire l’acquisition d’un panneau solaire. Nous avons pris un panneau de 270Watts. Nous sommes tombés sur une sacré affaire via le site du bon coin. En gros un kit complet comme celui-ci en boutique nous serait revenu à 3500 euros.  Ici on a fait une économie de plus de 80% car le kit une fois complet va nous revenir à 500 euros (batterie incluse). Nous allons demander à un ami électricien de nous aider pour l’installation et de nous expliquer le fonctionnement et l’entretien du panneau.

Le côté bricolage c’est pour Pitou. Nous réfléchissons ensemble à ce qui serait le mieux comme solution,  on en parle, on cherche, Lylie se charge de trouver la bonne affaire, et Pitou installe le tout.

L’organisation c’est le secret de la réussite

Camping car (6)

Le chauffe-eau est un modèle de chez Trüma. Une marque qui équipe la plupart des camping-car & fourgons aménagés. Il fait 20L, soit le double de celui que l’on avait avant. Avec seulement 10L nous prenions tous les 4 nos douches. Là on est sûrs d’être tranquilles. Le Chauffage à air pulsé se diffuse dans tout le camping-car via les buses d’aération. La suprise quand on a vu que les petits avait leur zones chauffées et que même la capucine pouvait l’être (on peu réguler le chauffage depuis la capucine ce qui nous assure une bonne température là haut).

Camping car (1)

La douche possède une vraie porte. Pas de rideau qui colle à la peau ou de semi panneau qui laisse passer l’eau. Ce modèle à été fait pour nous c’est sûr. Nous avons ajouté des porte-gobelets et porte-savons pour agrémenter le tout!

Nous prenons le temps de bien réfléchir aux modifications ou améliorations que l’on veut apporter. Le but étant d’optimiser le tout en essayant d’y placer ce que l’on veut. Un Exemple tout simple c’est la « soute » à outils. Là où Pitou va placer ces outils d’entretien du CC et d’extérieur (hache, scie ect…). Il faut penser à optimiser l’espace au mieux pour que tout rentre et surtout que ce soit accessible. Avouer que pour aller prendre un objet quelconque, s’il faut tout sortir c’est pas super.

Camping car (4)

Vous l’aurez compris, nous avons été comblé par ce modèle qui nous correspond vraiment.

Reste un petit mystère à décrire…son nom.

« Si tu veux vivre tes rêves, il faut être prêt à tout plaquer… » – Mike Horn

Pitou est un aventurier, il adore prendre son sac à dos, marcher des kilomètres, poser son hamac ou son tarp quelque part et y rester dormir. Il a appris seul à se débrouiller, faire du feu, se nourrir ect… Il adore ça et pour lui la liberté c’est ça. Vivre en harmonie avec le monde et apprendre de celui-ci. C’est tout naturellement que depuis des années il suit d’autres aventuriers plus ou moins connus du monde, qu’il apprend d’eux, qu’il lit leur livre, discute sur les forums ect…

Depuis un moment un aventurier l’impressionne particulièrement, il rêve de le rencontrer, de parler avec lui pendant des heures de voyages, de techniques et de nature. Il est médiatisé dans une émission de télé qui a lieu tout les mois mais il est surtout le seul à se lancer dans des aventures hors du commun.

Vous l’aurez sans doute compris il s’agit de bien de Mike Horn. Pour Pitou cet homme symbolise la liberté. La liberté de choix, de vie, d’envie… Mike dit souvent que si tu veux vivre tes rêves, il faut être prêt à tout plaquer. Aujourd’hui c’est ce que nous faisons, nous voulons vivre notre rêve, le partager et profiter de la vie, avec nos enfants…dont l’école de la vie et bien plus enrichissante qu’un cahier gris.

C’est donc tout naturellement qu’en cherchant un nom pour le camping car Lylie lui a proposé « Mike ». Quoi de mieux comme nom que celui qui incarne la liberté à l’état pur.

Pour résumer, ce nom est tout simplement une invitation à la liberté, à l’aventure, à la vie…